Commune de Rai

Commune de Rai

Département de l'Orne - Normandie

Histoire

Rai se situe dans une partie de la vallée de la Risle, surnommée quelques fois la Sibérie normande, du fait des courant froids qui l'empruntent. 

La présence de monuments d'origine druidique, comme la Pierre plate de Boisthorel permet de supposer que l'homme a vécu dans la région depuis déjà fort longtemps (des haches de pierres taillées et des vestiges de constructions de voies romaines).

L'origine du nom Rai serait à associer au latin ritum qui signifie gué, passage d'eau.

En 1520, les archives signalent que Raoul de Trémont de Boisthorel, écuyer et vassal du Baron de L'Aigle, possédait un moulin à blé. (Boisthorel signifierait demeure qui domine la rivière à son tournant, ou demeure qui domine les sources)

Un autre moulin situé à 100 mètres en aval appartenait à René d'Erard. 

En 1646, René d'Erard, est prieur de son état et baron de Ray. Il fit transformer son moulin en tréfilerie. Cette usine fut construite sur la Risle malgré une certaine opposition car l'on craignait de voir "la rivière épuiser la force de ses eaux au grand dommage des moulins de L'Aigle, situés à une grande lieue en aval". C’est aussi de cette époque que date la forge d’Aube.

En 1793, Ray devient Rai.

En 1801, l'usine avait produit 650 quintaux de fils de fer pour une valeur de 68719 livres.

En 1841, pas moins de 5 roues hydrauliques avaient été installées sur le site.

En 1863, la Risle n'avait plus la force motrice suffisante que pour trois roues de l'usine, aussi deux locomotives CALLA y furent adjointes.

En 1873, l'usine arrêta de travailler le fer, au profit du cuivre, du laiton, de l'aluminium ainsi que de divers alliages.

En 1889, un petit livret de J.O. Mouchel mentionnait que le laiton et le bronze fournis par l'usine Boisthorel servaient notamment aux dents de peigne à tisser, aux vis de chaussures, aux vis à bois, aux ressorts, à la brosserie, à la tamiserie, aux toiles métalliques de papeterie, à de la bijouterie, et à des moulures de meuble.

En 1982, l'usine appartenait à la société Tréfimétaux qui continue toujours d’œuvrer sous l'enseigne KME. Aujourd'hui, l'eau de la Risle n'y est plus utilisée que pour refroidir les machines.

 

Généalogie de la famille d'Erard

Généalogie de la famille d'Erard

Héraldique

Descriptif du blason de la famille d’Erard le Gris, baron de Ray et de Medavy : d’azur, à trois pieds de griffon d’or, perchés d’argent, 2 et 1.

Armorial Général de France, Charles D'Hozier (édit de 1696)
19e volume, Normandie, Généralité d'Alençon. Page 329

 

Blason de René d'Erard (source Bibliothèque Nationale de France)

Blason de René d'Erard (source Bibliothèque Nationale de France)

Partager cette page